Murs en bois cordé

bois

Cette technique très ancienne au Canada et attestée aussi dans les pays danubiens et scandinaves, a été introduite en France dans les années 80 par François Tangay.

Elle est au départ une technique « pauvre » des régions forestières, qui permet d’utiliser les chutes de fabrication des maisons en rondins et les branches de peu de valeur économique.

La technique permet de réaliser des murs porteurs sur un niveau, d’une épaisseur de 30 à 40 cm.

Le bois, qui peut être du bois de chauffage préalablement écorcé et éventuellement refendu, est coupé à la longueur et mis à sécher pendant 3 à 4 ans minimum.


Caractéristiques hygrothermiques :

La technique du bois cordé, avec une épaisseur des parois de 40 cm environ, et un mortier de pose suffisamment allégé, apporte une résistance thermique équivalente à celle du mur de rondins de 20 cm sans doublage (la résistance thermique du bois dans le sens des fibres est environ 2.2 fois moindre que transversalement).

Les volants thermiques et hygrométriques sont appréciables, ce qui régularise la chaleur et l’humidité à l’intérieur, et procure un bon confort d’été.


Eléments de la paroi Epaisseur totale Résistance thermique de la paroi R (en m².°C/W) Coefficient de transmission thermique de la paroi U (en W/m².°C)
Mur en bois cordé en sapin de Douglas de 40 cm avec mortier isolant et remplisage médian de chènevotte de chanvre 40 1.62 0.33

Quelques précautions sont à prendre pour la mise en oeuvre :

  • couper les arbres sans sève (d’octobre à Mars),
  • d’écorcer les bois dès la coupe,
  • de protéger naturellement et rapidement les bûches soigneusement découpées,
  • et d’assurer un séchage dans de parfaites conditions pendant 3 ans minimum…

Laisser un commentaire